Ce n’est pas parce que tu es adolescent que tu n’as pas des droits. Ces droits, d’autres adultes peuvent t’aider à les faire respecter si tu as le sentiment d’être maltraité. Si tu subis des violences de la part d’un adulte ou d’un autre(s) ado(s), tu dois en parler le plus rapidement possible à un adulte en qui tu as confiance. 


Voici des situations qui ne sont pas acceptables :

  • on me dit sans arrêt que je suis nul(le)
  • on me donne des coups, des gifles 
  • on se moque de moi 
  • on m’humilie
  • on m’ignore
  • on me fait peur
  • personne ne s’occupe de moi, je n’ai pas assez à manger, j’ai souvent froid parce que mes vêtements ne sont adaptés à la météo ou à ma taille…
  • on me laisse regarder des choses violentes ou qui me mettent mal à l’aise
  • je suis menacé et je n’ose pas en parler
  • je suis harcelés par d’autres jeunes et je n’ose pas en parler

La maltraitance sexuelle : 

  • un adulte me parle de sexualité et ça me met mal à l’aise
  • on me demande de faire des choses qui me mettent mal à l’aise
  • un adulte ou un mineur m’a imposé des gestes à caractère sexuel (caresses, baisers…)
  • un adulte ou un mineur m’a imposé une pénétration à caractère sexuel (fellation, tout autre acte de pénétration)
  • un adulte ou un mineur m’a montré son sexe
  • un adulte ou un mineur m’a obligé à m’exhiber, à me montrer nu(e)
  • un adulte ou un mineur m’a proposé de regarder des images sexuelles sur Internet, à la télévision ou dans des journaux
  • un adulte ou un mineur m’a parlé de sa sexualité (ex : appels téléphoniques à caractère sexuel), m’a raconté des scènes sexuelles
  • un adulte ou un mineur m’a fait assister ou participer à des scènes à caractère sexuel
  • un adulte ou un mineur a utilisé mon corps pour de l’argent (exemple : dans le cas des réseaux de prostitution d’enfants
  • un adulte ou un mineur a pratiqué une intervention sur mes parties génitales (ex : ablation, infibulation, lésions – coups…)

Face à ces situations de maltraitance chacun réagit différemment.

On peut : 

  • être triste
  • être énervé ou violent
  • pleurer souvent
  • se sentir ridicule
  • avoir peur de rentrer chez soi
  • ne plus trouver le sommeil ou faire des cauchemars souvent
  • faire pipi au lit
  • perdre l’appétit
  • avoir du mal à se concentrer…

Si tu vis l’une de ces situations, tu dois en parler à quelqu’un en qui tu as confiance. 

L’un(e) de mes ami(e) vit une situation de maltraitance 

Même si c’est un secret entre vous, ce n’est pas le ou la trahir que d’en parler à un adulte en qui tu as vraiment confiance, c’est au contraire lui offrir une aide précieuse car cette situation est bien trop difficile à gérer pour un adolescent. Un adulte pourra en revanche aider ton ami(e) à sortir de ses problèmes.

À qui se confier :

  • un membre de ta famille 
  • un adulte de ton établissement (prof, infirmière, assistante sociale…)
  • un adulte de ton entourage que tu connais bien et en qui tu as confiance

Quel numéro appeler en cas d’urgence ?

L’Enfant Bleu Toulouse 05 61 53 21 10. Des adultes t’écouteront et te viendront en aide gratuitement. Du lundi au vendredi de 9 h 30 à  12 h 30 et de 14 h à 17 h. 

Le 119 : ce numéro d’urgence est gratuit quel que soit le téléphone duquel tu appelles. Son numéro n’apparaitra pas même sur les factures. Tu peux appeler tous les jours, 24h/24.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *