La maltraitance touche tous les milieux sociaux, quelle que soit la situation familiale. 

Si les violences physiques et agressions sexuelles sont les plus connues, les violences psychologiques sont également très répandues mais plus difficiles à repérer. Ce type de violence est souvent identifié lorsqu’il est associé aux deux types de maltraitance précitées.

Selon l’Observatoire National de l’Action Sociale Décentralisée (O.D.A.S.) un enfant maltraité est un « enfant victime de violences physiques, cruauté mentale, agressions sexuelles, négligences lourdes ayant des conséquences graves sur son développement physique et psychologique ».

Différents signes peuvent alerter par rapport à un enfant ou un adolescent. De manière générale, il faut être vigilant à leur fréquence et durée dans le temps. Ceux –ci sont également plus évocateurs lorsqu’ils s’associent entre eux et ne trouvent pas d’explications rationnelles. 

Symptômes physiques et psychosomatiques :

Hématomes, griffures, brûlures, morsures, fractures – maux de ventre, vomissements – fatigue – maux de tête – éruptions cutanées – plaies, lésions, des changements comportementaux et émotionnels peuvent questionner par rapport à l’âge chronologique ou développemental. Ils peuvent également contraster avec le comportement antérieur et survenir de manière « soudaine ». 

Comportementaux

Trouble du sommeil (ex : difficulté d’endormissement, cauchemars, réveil nocturne, énurésie) – trouble de l’alimentation (ex : refus de manger, perte d’appétit, boulimie) – difficultés scolaires (ex : problème de concentration, absentéisme, baisse des notes) – retard dans apprentissages (ex : langage, propreté).

Emotionnels

Tristesse, pleurs plus fréquents, peurs inexpliquées – colère, agressivité, opposition marquée – isolement, repli sur soi, détachement, évitement – diminution des activité, refus de jouer – faible estime de soi – recherche d’attention, d’affection – comportement « sage », « adapté », « passif » – mise en danger (ex : fugues, conduites à risques) – hyper vigilance (ex : dans l’observation, inquiétude), hyper maturation (ex : très autonome). 

Interactions adulte-enfant

Indifférence, négativité, hostilité voire rejet de l’adulte envers l’enfant – attentes et méthodes pédagogiques inadaptées (ex : discipline physique sévère) – exposition à des expériences effrayante ou traumatisantes (ex : violences conjugales) – ne subvient aux besoins : alimentation, hygiène, abri, vêtements, éducation – ne lui apporte pas de soins médicaux appropriés – l’enfant grandit dans un environnement dangereux, sans surveillance – adulte ayant une proximité corporelle inadaptée, parent intrusif – utilisation de l’enfant pour accomplissement des besoins de l’adulte.