L’Enfant Bleu Toulouse fête ses 20 ans

L’Enfant Bleu Toulouse fête ses 20 ans

C’est en 2000 que notre association a vu le jour, sur les traces de sa grande sœur parisienne qui vient de fêter ses 30 ans. Au départ, l’envie d’une poignée de bénévoles d’aider ces enfants victimes d’adultes et de faire prendre conscience aux politiques l’urgence de ce combat. Reconnue par l’OMS « problème de santé publique » la maltraitance a aujourd’hui de nouveaux visages et demande plus que jamais qu’on la combatte. L’Enfant Bleu Toulouse est là pour livrer ce combat, portée par de fidèles bénévoles et une équipe de professionnels qui prennent en charge les enfants victimes de maltraitance, interviennent dans les écoles, auprès des enfants comme des parents, et animent des formations professionnelles.

L’enfant bleu Toulouse

Adresse : 18 Avenue des Mazades, 31200 Toulouse
Téléphone : 05 61 53 21 10

Statut INSEE : Enregistrée à l’INSEE le 06-09-2000
Forme juridique : Association déclarée
SIRET : 44150672200020

Nos écoutants sont à votre disposition du :
lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

En cas d’urgence et hors horaires d’ouverture :
Appeler le 119

Contactez-nous

Pour nous joindre utiliser le formulaire contact .

Pédopornographie

Un Français arrêté

Un français âgé de 40 ans vient d’être arrêté dans la région de Bordeaux.  Il s’agirait de l’une des « dix cibles prioritaires mondiales » dans la lutte contre les réseaux pédopornographiques a déclaré le procureur de la République de Bordeaux.

L’individu permettait à des milliers d’internautes dans le monde d’avoir accès à des photographies ou vidéos à caractère pédopornographique.

Photo : Andras-Vas

Covid 19 : les droits des enfants menacés

Des millions d’enfants ne reprendront pas l’école

Photo : Yannis Hua

Près de 10 millions d’enfants dans le monde pourraient ne jamais retourner à l’école. La cause : le confinement et les conséquences économiques de la pandémie. Sans mesures pour contrer cette situation, les inégalités qui existent déjà « exploseront entre les riches et les pauvres, et entre les garçons et les filles », a averti la directrice générale de l’ONG Save the Children, à l’origine de l’enquête.

Pour éviter une telle situation, l’ONG appelle les créanciers commerciaux à suspendre le remboursement de la dette des pays pauvres. Cette mesure pourrait selon elle permettre de débloquer 14 milliards de dollars pour investir dans l’éducation. Douze pays seraient concernés principalement en Afrique centrale et de l’Ouest, ainsi qu’au Yémen et en Afghanistan.

En juin dernier l’Organisation internationale du travail (OIT ) et l’Unicef alertaient déjà sur l’augmentation probable de plusieurs millions d’enfants contraints à travailler suite à la pandémie. Pour la directrice générale de l’Unicef, le Fonds des Nations unies pour l’enfance, Henrietta Fore, « en temps de crise, le travail des enfants devient un mécanisme d’adaptation pour de nombreuses familles ». « Lorsque les écoles ferment et que la disponibilité des services sociaux est en recul, un plus grand nombre d’enfants se retrouvent poussés vers le monde du travail ».

Depuis 2000 le travail des enfants dans le monde était en recul constant. Environ 152 millions d’enfants âgés de 5 à 17 ans continuent à travailler aujourd’hui. Et la tendance pourrait bien s’inverser après le passage de la Covid19. Notre association se préoccupe et reste vigilante à ce recul terrible d’un des droits fondamentaux reconnus par l’ONU à tous les enfants du monde.

Abus sur mineurs : un problème de société

A mi-parcours de son travail de recherche, la Commission d’enquête (Ciase) sur les abus sexuels dans l’église estime qu’il y aurait eu au moins 1500 prêtres et religieux auteurs d’abus sur mineurs.

Mais pour Jean-Marc Sauvé, le président de la commission, le scandale des prêtres pédophiles a fait émerger un problème qui dépasse l’église et concerne la société dans son ensemble. L’ancien vice-président du Conseil d’Etat a donc demandé qu’un travail similaire soit mené au-delà de l’église catholique pour « révéler la face cachée de notre société et de rendre justice à la souffrance des enfants » a t-il déclaré.

L’appel aux témoignages, débuté en juin 2019, est prolongé jusqu’au 31 octobre 2020. La Commission en charge de l’enquête remettra ses conclusions à l’automne 2021.

Une requête à laquelle s’associe fortement L’Enfant Bleu Toulouse

.

Photo : Ashkan-Forouzani-

Le jeu vidéo au secours de l’enfant maltraité

Le talent caché de Fortnite

Pendant la période de confinement, un dispositif inédit a été mis en place à l’initiative de L’Enfant Bleu pour permettre aux jeunes, victimes de maltraitances au sein de leur foyer, de lancer un appel à l’aide via le célèbre jeu en ligne Fortnite.

L’idée était de rentrer en contact avec ces jeunes en leur faisant savoir discrètement qu’un personnage, nommé EnfantBleu, venait d’apparaître sur Fortnite pour les aider. En ajoutant en ami le joueur @EnfantBleu, l’enfant entrait directement en contact avec l’association, et pouvait ainsi se confier.

En 1 mois, 1 200 enfants ont ajouté le personnage. 30% d’entre eux ont confié des problèmes personnels plus ou moins grave. Certains ont signalé être dans une situation d’extrême urgence.

Cette expérience pilote vient d’aboutir à la création par l’association d’un groupe de travail dont l’objectif sera d’intégrer les jeux vidéo dans l’éventail des moyens permettant aux enfants et adolescents d’alerter en cas de violences. Une alternative qui s’ajoute aux solutions existantes telles que le 119 (numéro national de l’enfance en danger) ou les associations de protection de l’enfance.

Ce groupe de travail, qui se tiendra dès la rentrée prochaine, réunira les instances judiciaires et juridiques ainsi que le Secrétariat d’Etat à la Protection de l’Enfance. L’Enfant Bleu a également convié tous les éditeurs de jeux vidéo à prendre part à ces discussions. 

Pour leur vie d’après…

Les enfants ont besoin de vous

Durant le confinement, ils se sont faits très discrets dans les salles d’urgence des hôpitaux. Les enfants comptent pourtant parmi les principales victimes du Covid 19. Celles que nous n’avons pas vues à la télé en salle de réanimation. Celles que nous n’avons pas vues tout court.

Et pourtant. Durant cette période les appels d’urgence, pour faits de violence sur mineurs, n’ont pas fait qu’augmenter. Ils ont explosé. L’Enfant Bleu Toulouse s’est mobilisée immédiatement pour répondre à cette urgence et nous continuons à faire tout notre possible pour répondre à tous ceux qui sollicitent notre aide.

Pour ces enfants, l’histoire ne s’arrête pas avec le déconfinement. Aujourd’hui, ils ont besoin de nous. De vous. Nous devons répondre présents pour leur offrir l’aide juridique et psychologique dont ils ont un besoin urgent. Pour leur donner cette chance de s’en sortir nous faisons appel à votre générosité. Les dons, même modestes, permettront de financer l’intervention de professionnels. La clé pour beaucoup d’entre eux qui pourront ainsi retrouver, avec du temps, leur vie d’enfant, tout simplement. Merci pour eux.

JE FAIS UN DON

Photo : Luke Michael

Covid 19 à la loupe

Enquête sur les conséquences psychologiques d’une pandémie

On s’en doute, les conséquences de l’épidémie que nous traversons actuellement seront très nombreuses et sont aujourd’hui encore mal identifiées. On parle beaucoup des retentissements économiques, mais qu’en est-il des aspects psychologiques d’un tel phénomène ?

Le Pr Chantal Zaouche Gaudron, de l’université de Toulouse Jean Jaurès, a choisi de mieux comprendre les retentissement des mesures liées à l’épidémie de COVID sur les familles comprenant un enfant de moins de six ans. Une étude très précise qui demande la participation de nombreuses familles.

Environ un millier d’entre elles seront nécessaires pour mener à bien ce travail de recherche à la fois  psychologique et sociologique. Si vous souhaitez participer, cliquez ici. Sinon, n’hésitez pas à partager ce lien. Une autre façon d’être solidaires.

Haute-Garonne: une aide aux parents

Nouveau numéro pour parents débordés

Etre parents… et craquer.  Rien que de très humain. Le confinement est une épreuve pour tous et même lorsque l’on aime sa famille, ses enfants, l’énervement peut parfois prendre le dessus.

C’est donc pour aider les parents débordés et en passe de craquer que L’École des Parents et des Éducateurs de la Haute-Garonne http://www.ecoledesparents31.sitew.fr/ a mis en place, le temps du confinement, une écoute faite par des psychologues bénévoles de 10 heures à 22 heures

Cette consultation gratuite et anonyme est proposée à tous les parents confinés tout comme aux enfants et ados qui se sentent un peu à l’étroit chez eux,  au 0805 382 300.

Encore un numéro que L’Enfant Bleu Toulouse vous invite à partager. Encore une preuve que dans cette épreuve, la solidarité s’organise partout, pour tous et avec tous. 

Photo : Siavash Ghanbari

Confinement : Un numéro d’urgence pour éviter la violence

Une centaine d’hommes ont déjà demandé de l’aide

Demander de l’aide avant de devenir violent. En cette période de confinement et de tension extrême dans certaines familles, le secrétariat d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations a annoncé la mise en place d’un numéro d’urgence pour éviter le passage à l’acte.

Une centaine d’hommes ont déjà demandé à bénéficier de cet accompagnement psychologique dont l’objectif est d’ «aider les personnes qui se sentent avoir des accès de colère, à les gérer, à ne pas devenir violents ».

Le  08 019 019 11 a été mis en place conjointement avec la Fédération nationale des associations d’accompagnement des auteurs de violences conjugales http://www.fnacav.fr/. Une initiative qui devrait permettre de se ressaisir. Et à des enfants d’être épargnés.

Un nouveau numéro d’urgence donc, que l’Enfant Bleu Toulouse vous invite à faire connaître.

Photo : William Krause

Confinement : augmentation des violences sur enfants

Le numéro d’urgence « 119 » a reçu 20% d’appels en plus depuis le début du confinement. Une augmentation de 60% est même enregistrée pour ce qui concerne les cas les plus graves. Une hausse de 53% de signalements a par ailleurs été constatée par rapport à la première semaine. Résultat vraisemblable d’un travail mené par le Gouvernement et les associations pour multiplier les possibilités de signalement.

Le nombre d’appels émanant de mineurs voulant alerter sur leur propre situation de danger a augmenté de 34 %. On compte également 36 % d’appels en plus émanant de « camarades » d’enfants maltraités et 30 % en plus émanant de voisins.

En Occitanie, rappelons que L’Enfant Bleu Toulouse (lenfantbleutoulouse.fr) reste ouverte pour accueillir les appels de détresse et les signalements pour mettre hors de danger les enfants.

A noter enfin qu’il est possible d’effectuer un signalement par écrit sur internet https://www.allo119.gouv.fr/recueil-de-situation

Restons vigilants et réactifs.

Violences intra-familiales

Toulouse organise l’aide aux victimes pendant le confinement

Toulouse propose une procédure simple pour permettre aux victimes de violences intra-familiales, comme aux témoins, de signaler les situations de violence. Violences qui se multiplient durant cette période de confinement.

La ville de Toulouse, la Justice, l’Ordre des Avocats  et celui des Pharmaciens se sont réunis pour mettre à disposition dans toutes les officines une fiche en format de poche récapitulant tous les numéros locaux d’urgence (forces de l’ordre, avocats, collectivité, associations).

Cette fiche sera également mise à disposition dans les centres de consultation Covid-19.

Autre précieux service : des permanences d’avocats sont en place dès cette semaine pour accompagner les victimes au numéro vert 0 805 01 70 15.

L’ensemble du dispositif fait l’objet d’une affiche qui doit être placardée dans les services publics, commerces ouverts ainsi que dans toutes les communes de la Métropole.

Les conflits intra-familiaux impliquant malheureusement fréquemment les enfants, L’Enfant Bleu Toulouse reste plus que jamais mobilisée.

Photo : Christa Dodoo