L’Enfant Bleu Toulouse fête ses 20 ans

L’Enfant Bleu Toulouse fête ses 20 ans

C’est en 2000 que notre association a vu le jour, sur les traces de sa grande sœur parisienne qui vient de fêter ses 30 ans. Au départ, l’envie d’une poignée de bénévoles d’aider ces enfants victimes d’adultes et de faire prendre conscience aux politiques l’urgence de ce combat. Reconnue par l’OMS « problème de santé publique » la maltraitance a aujourd’hui de nouveaux visages et demande plus que jamais qu’on la combatte. L’Enfant Bleu Toulouse est là pour livrer ce combat, portée par de fidèles bénévoles et une équipe de professionnels qui prennent en charge les enfants victimes de maltraitance, interviennent dans les écoles, auprès des enfants comme des parents, et animent des formations professionnelles.

L’enfant bleu Toulouse

Adresse : 18 Avenue des Mazades, 31200 Toulouse
Téléphone : 05 61 53 21 10

Statut INSEE : Enregistrée à l’INSEE le 06-09-2000
Forme juridique : Association déclarée
SIRET : 44150672200020

Nos écoutants sont à votre disposition du :
lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

En cas d’urgence et hors horaires d’ouverture :
Appeler le 119

Contactez-nous

Pour nous joindre utiliser le formulaire contact .

Covid 19 à la loupe

Enquête sur les conséquences psychologiques d’une pandémie

On s’en doute, les conséquences de l’épidémie que nous traversons actuellement seront très nombreuses et sont aujourd’hui encore mal identifiées. On parle beaucoup des retentissements économiques, mais qu’en est-il des aspects psychologiques d’un tel phénomène ?

Le Pr Chantal Zaouche Gaudron, de l’université de Toulouse Jean Jaurès, a choisi de mieux comprendre les retentissement des mesures liées à l’épidémie de COVID sur les familles comprenant un enfant de moins de six ans. Une étude très précise qui demande la participation de nombreuses familles.

Environ un millier d’entre elles seront nécessaires pour mener à bien ce travail de recherche à la fois  psychologique et sociologique. Si vous souhaitez participer, cliquez ici. Sinon, n’hésitez pas à partager ce lien. Une autre façon d’être solidaires.

Haute-Garonne: une aide aux parents

Nouveau numéro pour parents débordés

Etre parents… et craquer.  Rien que de très humain. Le confinement est une épreuve pour tous et même lorsque l’on aime sa famille, ses enfants, l’énervement peut parfois prendre le dessus.

C’est donc pour aider les parents débordés et en passe de craquer que L’École des Parents et des Éducateurs de la Haute-Garonne http://www.ecoledesparents31.sitew.fr/ a mis en place, le temps du confinement, une écoute faite par des psychologues bénévoles de 10 heures à 22 heures

Cette consultation gratuite et anonyme est proposée à tous les parents confinés tout comme aux enfants et ados qui se sentent un peu à l’étroit chez eux,  au 0805 382 300.

Encore un numéro que L’Enfant Bleu Toulouse vous invite à partager. Encore une preuve que dans cette épreuve, la solidarité s’organise partout, pour tous et avec tous. 

Photo : Siavash Ghanbari

Confinement : Un numéro d’urgence pour éviter la violence

Une centaine d’hommes ont déjà demandé de l’aide

Demander de l’aide avant de devenir violent. En cette période de confinement et de tension extrême dans certaines familles, le secrétariat d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations a annoncé la mise en place d’un numéro d’urgence pour éviter le passage à l’acte.

Une centaine d’hommes ont déjà demandé à bénéficier de cet accompagnement psychologique dont l’objectif est d’ «aider les personnes qui se sentent avoir des accès de colère, à les gérer, à ne pas devenir violents ».

Le  08 019 019 11 a été mis en place conjointement avec la Fédération nationale des associations d’accompagnement des auteurs de violences conjugales http://www.fnacav.fr/. Une initiative qui devrait permettre de se ressaisir. Et à des enfants d’être épargnés.

Un nouveau numéro d’urgence donc, que l’Enfant Bleu Toulouse vous invite à faire connaître.

Photo : William Krause

Confinement : augmentation des violences sur enfants

Le numéro d’urgence « 119 » a reçu 20% d’appels en plus depuis le début du confinement. Une augmentation de 60% est même enregistrée pour ce qui concerne les cas les plus graves. Une hausse de 53% de signalements a par ailleurs été constatée par rapport à la première semaine. Résultat vraisemblable d’un travail mené par le Gouvernement et les associations pour multiplier les possibilités de signalement.

Le nombre d’appels émanant de mineurs voulant alerter sur leur propre situation de danger a augmenté de 34 %. On compte également 36 % d’appels en plus émanant de « camarades » d’enfants maltraités et 30 % en plus émanant de voisins.

En Occitanie, rappelons que L’Enfant Bleu Toulouse (lenfantbleutoulouse.fr) reste ouverte pour accueillir les appels de détresse et les signalements pour mettre hors de danger les enfants.

A noter enfin qu’il est possible d’effectuer un signalement par écrit sur internet https://www.allo119.gouv.fr/recueil-de-situation

Restons vigilants et réactifs.

Violences intra-familiales

Toulouse organise l’aide aux victimes pendant le confinement

Toulouse propose une procédure simple pour permettre aux victimes de violences intra-familiales, comme aux témoins, de signaler les situations de violence. Violences qui se multiplient durant cette période de confinement.

La ville de Toulouse, la Justice, l’Ordre des Avocats  et celui des Pharmaciens se sont réunis pour mettre à disposition dans toutes les officines une fiche en format de poche récapitulant tous les numéros locaux d’urgence (forces de l’ordre, avocats, collectivité, associations).

Cette fiche sera également mise à disposition dans les centres de consultation Covid-19.

Autre précieux service : des permanences d’avocats sont en place dès cette semaine pour accompagner les victimes au numéro vert 0 805 01 70 15.

L’ensemble du dispositif fait l’objet d’une affiche qui doit être placardée dans les services publics, commerces ouverts ainsi que dans toutes les communes de la Métropole.

Les conflits intra-familiaux impliquant malheureusement fréquemment les enfants, L’Enfant Bleu Toulouse reste plus que jamais mobilisée.

Photo : Christa Dodoo

L’Enfant Bleu Toulouse « ils parlent de nous »

Revue de presse :

L’Enfant Bleu Toulouse en appelle à la vigilance du voisinage
En cette période de confinement, l’association l’Enfant Bleu Toulouse, enfance maltraitée, communique sur les violences envers les enfants.

La crainte des enfants maltraités
Depuis le confinement, les enfants se retrouvent livrés à la violence de leurs parents. Les associations craignent une augmentation des faits de maltraitance.

Enfants maltraités : une association de Toulouse appelle à la vigilance des voisins
La dure réalité tant redoutée est là : les violences sur les enfants augmentent considérablement avec la promiscuité liée au confinement. L’association L’Enfant Bleu Toulouse en appelle à la vigilance des voisins face à cette recrudescence d’enfants maltraités.

Covid-19 accueil d’urgence pour enfants…

Un lieu d’accueil d’urgence pour enfants ouvert à Mondonville

Un centre d’accueil d’urgence solidaire pour les enfants de Haute-Garonne en difficulté vient d’ouvrir ses portes à Mondonville, près de Blagnac.

Photo : Marcus Wallis

Ce dispositif temporaire, créé à l’initiative du Conseil départemental de Haute-Garonne, permet depuis le 31 mars d’accueillir provisoirement des enfants âgés de 3 à 18 ans. Parmi eux :

– les enfants dont les parents sont hospitalisés (COVID-19 ou autres maladies nécessitant une hospitalisation) et ne pouvant s’occuper d’eux ;

– les enfants devant être placés en urgence pour situation de maltraitance ou de danger, se révélant suite au confinement ;

– en relais des assistants familiaux (familles d’accueil) pour qui la prise en charge des enfants placés par l’ASE (Aide sociale à l’enfance) n’est plus possible pour raison médicale ou rendue compliquée par le confinement.

Une équipe pluridisciplinaire de 7 professionnels volontaires et spécialisés dans la protection de l’enfance (psychologues, infirmières puéricultrices, éducateurs de jeunes enfants, éducateurs spécialisés, moniteurs éducateurs, etc.) est mobilisée depuis ce matin sur place pour accueillir les premiers jeunes. Un médecin référent pour la protection de l’enfance assure également le suivi des situations.  Une très bonne nouvelle.

Confinement

L’Aide sociale à l’enfance donne l’alerte

On savait la situation des enfants placés dans des foyers ou des familles d’accueil déjà sujette à inquiétude, on découvre aujourd’hui que le confinement touche en première ligne les 175 000 enfants et jeunes placés dans des foyers ou familles d’accueil. L’arrêt des classes et visites d’éducateurs ou d’assistants sociaux  fait craindre de gros dérapages et des situations explosives dans les foyers notamment urbains. Absence de sortie, absence d’éducateurs, eux-mêmes touchés par la maladie ou contraints de garder leurs enfants. S’ajoute la promiscuité dans les chambres des foyers où il est difficile d’appliquer les consignes sanitaires, le cocktail est explosif.

Autre préoccupation : la promiscuité  dans les familles où la violence est déjà installée et qui risque de flamber. Le service public de l’Aide sociale à l’enfance a très vite alerté le secrétaire d’Etat chargé de l’enfance, Adrien Taquet, pour mettre des moyens en place le plus rapidement possible.

Dans cette urgence, il n’est pas inutile de rappeler l’obligation de signaler toute violence sur un enfant au 119.

Photo : Lacie Slezak

Verdict du procès de l’ancien prêtre Preynat

L’ex aumônier des Scouts condamné à cinq ans de prison

L’ex père Preynat a finalement été condamné à 5 ans de prison ferme alors que le ministère Public avait demandé au moins 8 ans. Le condamné est reparti libre dans un silence presque total. Ce silence qui a décidément plané tout au long de cette affaire. Silence d’enfants terrorisés ; silence des parents ; silence de l’église ; silence de ces dizaines de victimes qui n’ont pu parler en raison du délai de prescription ; silence aujourd’hui de ce palais de justice fermé au public ; silence de la rue, vidée de ses habitants par un virus décidément sans pitié.

Ce verdict tant attendu a été prononcé dans un tribunal dont les portes sont restées fermées au public et à la presse en raison de la pandémie.

Photo : Waldemar Brandt

Début du procès du chirurgien pédophile de Jonzac

Premier volet d’une affaire hors normes

Début du procès à Saintes à huis clos, comme l’on demandé les familles,
du chirurgien pédophile de Jonzac. Joël Le Scouarnec répond à partir du vendredi 13 mars d’agressions sexuelles et viols sur 4 fillettes. Quatre sur les 349 victimes potentielles recensées. Au-delà du procès d’un pédocriminel hors normes, nous espérons que les différentes responsabilités et dysfonctionnements qui ont permis pendant des années
à Scouarnec de sévir seront mis en lumière.

Il existe de nombreuses formes de négligences. Celles qui ont permis à un chirurgien pédophile, condamné pour consultation d’images pédophiles, de pouvoir continuer à travailler avec des enfants, en changeant régulièrement de région sans jamais être inquiété, ont détruit des centaines de vies. (Photo Annie Spratt)