Qu’est-ce que la maltraitance ?

Table Of Contents

Définition de la maltraitance

Selon l’Observatoire National de l’Action Sociale Décentralisée (O.D.A.S.) un enfant maltraité est un « enfant victime de violences physiques, cruauté mentale, agressions sexuelles, négligences lourdes ayant des conséquences graves sur son développement physique et psychologique ».

La maltraitance touche tous les milieux sociaux, quelle que soit la situation familiale.

Si les violences physiques et agressions sexuelles sont les plus connues, les violences psychologiques sont également très répandues mais plus difficiles à repérer. Ce type de violence est souvent identifié lorsqu’il est associé aux deux types de maltraitance précitées.

Les signes de la maltraitance

Différents signes peuvent alerter par rapport à un enfant ou un adolescent. De manière générale, il faut être vigilant à leur fréquence et durée dans le temps. Ceux –ci sont également plus évocateurs lorsqu’ils s’associent entre eux et ne trouvent pas d’explications rationnelles.

Symptômes physiques et psychosomatiques :

Hématomes, griffures, brûlures, morsures, fractures – maux de ventre, vomissements – fatigue – maux de tête – éruptions cutanées – plaies, lésions, des changements comportementaux et émotionnels peuvent questionner par rapport à l’âge chronologique ou développemental. Ils peuvent également contraster avec le comportement antérieur et survenir de manière « soudaine ».

Comportementaux

Trouble du sommeil (ex : difficulté d’endormissement, cauchemars, réveil nocturne, énurésie) – trouble de l’alimentation (ex : refus de manger, perte d’appétit, boulimie) – difficultés scolaires (ex : problème de concentration, absentéisme, baisse des notes) – retard dans apprentissages (ex : langage, propreté).

Emotionnels

Tristesse, pleurs plus fréquents, peurs inexpliquées – colère, agressivité, opposition marquée – isolement, repli sur soi, détachement, évitement – diminution des activité, refus de jouer – faible estime de soi – recherche d’attention, d’affection – comportement « sage », « adapté », « passif » – mise en danger (ex : fugues, conduites à risques) – hyper vigilance (ex : dans l’observation, inquiétude), hyper maturation (ex : très autonome).

Interactions adulte-enfant

Indifférence, négativité, hostilité voire rejet de l’adulte envers l’enfant – attentes et méthodes pédagogiques inadaptées (ex : discipline physique sévère) – exposition à des expériences effrayante ou traumatisantes (ex : violences conjugales) – ne subvient aux besoins : alimentation, hygiène, abri, vêtements, éducation – ne lui apporte pas de soins médicaux appropriés – l’enfant grandit dans un environnement dangereux, sans surveillance – adulte ayant une proximité corporelle inadaptée, parent intrusif – utilisation de l’enfant pour accomplissement des besoins de l’adulte.

La maltraitance des enfants en chiffres

  • 2 enfants meurent chaque jour en France victimes de maltraitance
  • 3 à 4 enfants, en France, victimes de harcèlement ou cyber-harcèlement se suicident

Regard de la société civile sur la maltraitance

  • 14 % des Français déclarent avoir été victimes de maltraitance au cours de leur enfance
  • 60 % n’en ont parlé à personne
  • 64 % de ceux qui se sont exprimés n’ont pas été aidés
    60 % des cas de maltraitance ont pris fin lorsque les victimes ont été aidées
  • 45 % des Français pensent que des cas de maltraitance peuvent exister dans leur environnement immédiat (voisinage, collègues…)
  • 30 % parmi leurs voisins
  • 27 % parmi leurs collègues
  • 24 % parmi leurs amis proches
  • 20 % dans leur famille élargie
  • 18 % dans leur famille proche
  • 5 % dans leur foyer actuel

Chiffres extraits du Livre Blanc de l’Enfant Bleu (2016)

Source : sondage Harris Interactive, septembre 2014

La France manque de données statistiques fiables concernant le nombre d’enfants maltraités. Seuls des sondages ont permis d’avoir une idée de l’ampleur du fléau.

Au moins 10 % (1)  des enfants résidant dans des pays à hauts revenus seraient victimes d’une ou

plusieurs formes de maltraitance ; en France, le chiffre s’approcherait de 14 % (2)  de la population.

En France en 2018, 341 000enfants maltraités ou en situation de l’être étaient suivis par les services sociaux sur un peu moins de 15 000 000 de mineurs.

Répartition des victimes selon les infractions pénales relevées dans nos constitutions de partie civile

  • 36% viols
  • 24% homicides
  • 23% agressions sexuelles
  • 17% violences habituelles

(1) Étude publiée le 2 décembre 2008 par la revue médicale britannique The Lancet en collaboration avec le Royal College of Paediatric and Child Health, London, UK

(2) Étude publiée le 2 décembre 2008 par la revue médicale britannique The Lancet en collaboration avec le Royal College of Paediatric and Child Health, London, UK

(3) Chiffres Insee 2013 : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1280956