Le nouveau texte annoncé promet aux enfants les plus fragiles la garantie « d’un cadre de vie sécurisant et serein ».

Une nouvelle loi pour « améliorer la prévention et la protection de l’enfance » devrait voir le jour dans les prochains mois. Le projet doit être présenté en première lecture à l’Assemblée nationale dans la première quinzaine de juillet. Un texte essentiel sur lequel notre association, force de proposition, porte la plus grande attention et poursuit un travail assidu.

Pour Adrien Taquet, Secrétaire d’Etat à l’enfance, ce nouveau texte devrait « garantir véritablement aux enfants un cadre de vie sécurisant et serein, et aux professionnels un exercice amélioré de leurs missions ».

Parmi les mesures phares à retenir celles qui concernent les quelque 330 000 jeunes suivis par l’aide sociale à l’enfance. Le projet de loi vise notamment à interdire les placements hôteliers. Seules les situations d’urgence feraient l’exception à cette pratique qui avait été révélée, on s’en souvient, dans un documentaire télévisé et fait un scandale retentissant. Si la démarche est sans doute louable, L’Enfant Bleu s’interroge néanmoins sur les alternatives à ces hébergements qui ne sont aujourd’hui pas clairement définies.

Côté structures d’accueil, elles devront faire la preuve d’une politique de lutte contre la maltraitance et nommer un référent externe que les enfants pourront saisir directement en cas de problème.

Le nombre d’enfants pris en charge par les professionnels de la protection de l’enfance, souvent débordés, devrait quant à lui, être revu.

Autre volonté, celle du contrôle des professionnels au contact de ces enfants fragiles non seulement au moment du recrutement mais aussi durant leur mission.

Enfin, à noter qu’un fichier national des agréments des assistants familiaux devrait voir le jour, l’idée étant d’empêcher qu’ils exercent dans un autre département dans l’éventualité où leur agrément leur serait retiré.

La pandémie a mis un peu plus en lumière la situation précaire de l’aide à l’enfance en France indigne d’une grande démocratie comme la nôtre. Un dossier dans lequel L’enfant Bleu jette toute sa détermination pour que la loi protège ces enfants qui ont déjà tant perdu.